CHARGEMENT

Rechercher

Enfin une association prometteuse contre le mildiou de la vigne ?

Partager

Les résistances aux anti-mildiou de la vigne ont encore augmenté en 2023

La note tech­nique 2024 sur les résis­tances du mil­diou, de l’oïdium et de la pour­ri­ture grise aux solu­tions uti­li­sables sur vigne a été publiée. Suite à la forte pres­sion mil­diou de 2023, les experts de la vigne* alertent sur l’augmentation de la résis­tance à l’amétoctradine et à l’oxathiapiproline. Ils ont détec­té de nou­velles résis­tances au zoxa­mide, de la famille des ben­za­mides et ont consta­té une baisse d’efficacité du fluo­pi­co­lide, à base d’a­cyl­pi­co­lides, en situa­tion de risque épi­dé­mique élevé.

Une nouvelle association semble prometteuse contre le mildiou

A l’occasion d’une confé­rence au SIVAL, DE SANGOSSE a démon­tré que l’ajout de son bio­con­trôle à base de bicar­bo­nate de potas­sium for­mu­lé, au cuivre sous forme d’oxyde cui­vreux de Cer­tis-Bel­chim, pro­cu­rait un gain d’efficacité contre le mildiou.

Un gain d’efficacité de 5 à 10 points grâce à un effet synergique 

Cette asso­cia­tion per­met de maxi­mi­ser l’ef­fi­ca­ci­té du cuivre dans des condi­tions de forte pres­sion,  en sécu­ri­sant les réduc­tions de dose de cuivre dans les situa­tions de pres­sions faibles ou modé­rées. Les résul­tats des essais réa­li­sés en Loire-Atlan­tique, sur le cépage melon de bour­gogne et dans le Bor­de­lais sur mer­lot, ont mon­tré que la syner­gie des deux solu­tions pro­cu­rait un gain d’ef­fi­ca­ci­té de 5 à 10 points, indé­pen­dam­ment de la pres­sion du para­site et du gram­mage de cuivre appliqué.

 

* Le comi­té de rédac­tion est com­po­sé d’experts de l’Institut fran­çais de la vigne et du vin (IFV), de l’unité Carac­té­ri­sa­tion et sui­vi des phé­no­mènes d’évolution des résis­tances aux pro­duits de pro­tec­tion des plantes de l’agence natio­nale de sécu­ri­té sani­taire de l’alimentation, de l’environnement et du tra­vail (Anses-Cas­per), de l’Institut natio­nal de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (Inrae), du Comi­té Inter­pro­fes­sion­nel du Vin de Cham­pagne (CIVC), de Chambres d’agriculture, de la direc­tion géné­rale de l’alimentation et de la sous-direc­tion de la san­té et de la pro­tec­tion des végé­taux du Minis­tère de l’Agriculture et de la Sou­ve­rai­ne­té alimentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont notés *

À ne pas manquer

Une personne offrant un bac de légumes