CHARGEMENT

Rechercher

Imaginez sortir demain des phytos… sans avoir préparé cette sortie part6

Une hausse de plus de 25 % prévue de la surface agricole en bio en 2030 ? © AdobeStock

Partager

Sixième par­tie

Année 2030 : Plus de 25 % de la sur­face agri­cole en bio ?

Les hommes poli­tiques sont for­mi­dables : alors que la popu­la­tion est affa­mée, que l’an­née pas­sée a été catas­tro­phique au niveau des pro­duc­tions à cause d’une cani­cule sans pré­cé­dent, la Com­mis­sion euro­péenne, aux abon­nés absents depuis le début de la crise, refait par­ler d’elle en rap­pe­lant qu’il est temps de tenir des objec­tifs datant… de 2021 !

 

Les hommes et femmes (dans le domaine, pas de jaloux) poli­tiques sont tou­jours prêts à une nou­velle sor­tie à laquelle on ne s’at­ten­drait pas compte tenu des cir­cons­tances. Alors que la situa­tion ali­men­taire en France est catas­tro­phique et que la popu­la­tion est au bord de la famine, que les récoltes 2029 ont été qua­si nulles à cause d’une cani­cule de plus d’un mois et d’une inter­dic­tion d’ir­ri­guer décou­lant direc­te­ment de la loi Pom­pi­li 7, la même Bar­ba­ra Pom­pi­li, rap­pe­lait, mar­di 4 décembre 2029, que 2030 serait l’an­née où la pro­duc­tion agri­cole fran­çaise devrait atteindre 25 % de bio ! 

 

Incompréhension en France

Joa­chim Hieu­mieu, 39 ans, est agri­cul­teur dans le Doubs. Grand, volon­taire, la voix grave et affir­mée, il témoigne : « Je ne sais pas ce qui leur passe par la tête, aux ministres. On ne peut plus culti­ver. C’est la famine dans le pays. Notre tra­vail est deve­nu dan­ge­reux car les milices nous menacent, et eux, ils pensent au pour­cen­tage de bio dans la production ! » 

En accord avec le pro­gramme euro­péen, qui pré­voyait d’at­teindre le chiffre de 25 % de la sur­face agri­cole en bio, le gou­ver­ne­ment a réaf­fir­mé son atta­che­ment à la réa­li­sa­tion de cet objec­tif dans l’Hexa­gone. Du côté des consom­ma­teurs, c’est l’in­com­pré­hen­sion. José­phine Dupire, pré­si­dente des Gilets vides, témoigne : « Nous, tout ce qu’on veut c’est man­ger. La ques­tion du bio, elle vien­dra bien après ! »

 

Rappel à l’ordre européen

Ursu­la von der Leyen, pré­si­dente de la com­mis­sion euro­péenne, a rap­pe­lé la France à l’ordre : « Quelles que soient les crises que tra­verse un pays, inter­dic­tion des phy­tos ou non, crise ali­men­taire ou non, la soli­da­ri­té ne fonc­tionne pas à sens unique. L’Eu­rope est soli­daire de La France. En échange, la France doit suivre la ligne fixée par l’Eu­rope. Cela vaut pour les sur­faces bio, pierre angu­laire de notre poli­tique agricole. »

Julien Denor­man­die a répon­du immé­dia­te­ment sur Twit­ter : « Quelle soli­da­ri­té ? La France est aujourd’­hui affa­mée. Pas un euro d’aide de l’Eu­rope #Soli­da­ri­té­pour­de­vrai #LaFran­ceen­ver­set­con­tre­tout »

Pour Joa­chim, c’en est trop : « Ils sont là, à s’en­voyer des tweets. La ques­tion n’est même pas là. Le pro­blème c’est qu’on ne peut plus nour­rir nos conci­toyens ! On ne peut plus man­ger à notre faim. Les gens ont peur. Alors peut-être qu’a­vant de rap­pe­ler qu’il faut faire 25 % de bio en 2030, peut-être qu’il fau­drait rap­pe­ler qu’il y a dix ans, en inter­di­sant les phy­tos sans avoir pré­pa­ré le ter­rain, on n’a pas pu faire les choses…  intel­li­gem­ment ! Qu’al­lons-nous devenir ? »

Lire la suite…

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont notés *

À ne pas manquer

Souhaitons que la décision du tribunal administratif de Paris, limiter la prévention des actes de nature idéologique de la cellule Demeter, n'entraîne pas le retour de telles images dans nos campagnes ! © Adobe Stock
Ecran farming simulator
Un agriculteur torse nu allongé dans la pelouse