CHARGEMENT

Rechercher

Ce fameux dîner : Épisode 2 : Produire de la viande consomme trop d’eau…

Non, produire de la viande ne consomme pas trop d'eau. On vous explique pourquoi © Adobe Stock

Partager

On a tous vécu « ce fameux dîner » au cours duquel on a le « plai­sir » d’é­chan­ger avec des gens qui ont un avis sur les agri­cul­teurs et l’a­gri­cul­ture mais… qui n’y connaissent rien ! Aujourd’­hui, « pro­duire de la viande consomme trop d’eau… »

Ahhh, la cou­sine végane… Elle a tou­jours été un peu bizarre, avec ce besoin de mani­fes­ter pour tout ou rien et cette allure de baba-cool échap­pée tout droit des années soixante-dix. Et puis un beau jour, elle a déci­dé de ne plus man­ger de viande ! Et bien sûr, au cours du dîner de famille pour les 70 ans de notre grand-mère, elle a ser­vi tout un argu­men­taire pour moti­ver sa déci­sion. Jus­qu’au fameux : « Parce que pro­duire de la viande uti­lise trop d’eau. »

C’est une don­née qui revient sou­vent, affirme-t-elle : l’é­le­vage gas­pille l’eau, à tel point qu’il faut 15 000 litres pour pro­duire 1 kg de viande.

 

Eh bien non !

En véri­té, ce cal­cul est biai­sé. Il est issu du Water Foot­print Net­work uti­li­sé pour la pre­mière fois en 2003. Son objec­tif était de cal­cu­ler les flux d’eau vir­tuels des pro­duits agri­coles et non la consom­ma­tion en eau néces­saire pour les produire.

 

Quelques argu­ments

Tout d’a­bord, cette éva­lua­tion a été faite sur des sites indus­triels et non pour l’é­le­vage en prairie. 

Ensuite, ce chiffre cumule, pour l’é­le­vage en prai­rie, les eaux vertes (eaux de pluie, qui tombent sur le sol et retournent à la nature… elles ne servent donc pas à l’é­le­vage !), à 97 %, 2 % d’eaux bleues (pour abreu­ver le bétail et irri­guer), et 1 % d’eaux grises (eaux uti­li­sées pour dépol­luer les effluents et recycler). 

Pour pro­duire un kilo de bœuf, il faut donc plu­tôt en réa­li­té 500 litres d’eau en France. Ceci repré­sente donc 3 % des 15 000 litres évoqués !!! 

 

Par ailleurs, d’a­près l’In­see, un Fran­çais uti­lise 150 litres d’eau par jour. En 3,5 jours, il aura donc consom­mé autant que pour pro­duire un kilo de viande de bœuf (arrê­tez plu­tôt les bains ou le net­toyage de votre voiture !).

Enfin, ce volume est infé­rieur à celui uti­li­sé pour pro­duire, par exemple, un kilo d’a­vo­cats, qui vien­dront, en plus, de l’autre bout du monde.

 

Bon anni­ver­saire Grand-Mère !

Notre grand-mère a sui­vi la dis­cus­sion avec atten­tion, sou­rire en coin, son verre de cham­pagne à la main. « Quel­qu’un reveut du filet ? » a‑t-elle deman­dé, avant de s’a­dres­ser à ma cou­sine : « Ma ché­rie, tu repren­dras bien un peu de salade verte avec ton steak végétarien ? » 

Pour ma part, j’ai évi­dem­ment repris du filet de bœuf. Mais j’at­ten­dais le gâteau d’an­ni­ver­saire avec impa­tience. Parce que j’aime le gâteau.

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont notés *

À ne pas manquer

Manifestation pour la planète
Billet de 50€ tenu par une main
Une charrue accompagnée d'un paysage d'hiver