CHARGEMENT

Rechercher

Ce fameux dîner : Épisode 2 : Produire de la viande consomme trop d’eau…

Non, produire de la viande ne consomme pas trop d'eau. On vous explique pourquoi © Adobe Stock

Partager

On a tous vécu « ce fameux dîner » au cours duquel on a le « plai­sir » d’é­chan­ger avec des gens qui ont un avis sur les agri­cul­teurs et l’a­gri­cul­ture mais… qui n’y connaissent rien ! Aujourd’­hui, « pro­duire de la viande consomme trop d’eau… »

Ahhh, la cou­sine végane… Elle a tou­jours été un peu bizarre, avec ce besoin de mani­fes­ter pour tout ou rien et cette allure de baba-cool échap­pée tout droit des années soixante-dix. Et puis un beau jour, elle a déci­dé de ne plus man­ger de viande ! Et bien sûr, au cours du dîner de famille pour les 70 ans de notre grand-mère, elle a ser­vi tout un argu­men­taire pour moti­ver sa déci­sion. Jus­qu’au fameux : « Parce que pro­duire de la viande uti­lise trop d’eau. »

C’est une don­née qui revient sou­vent, affirme-t-elle : l’é­le­vage gas­pille l’eau, à tel point qu’il faut 15 000 litres pour pro­duire 1 kg de viande.

 

Eh bien non !

En véri­té, ce cal­cul est biai­sé. Il est issu du Water Foot­print Net­work uti­li­sé pour la pre­mière fois en 2003. Son objec­tif était de cal­cu­ler les flux d’eau vir­tuels des pro­duits agri­coles et non la consom­ma­tion en eau néces­saire pour les produire.

 

Quelques argu­ments

Tout d’a­bord, cette éva­lua­tion a été faite sur des sites indus­triels et non pour l’é­le­vage en prairie. 

Ensuite, ce chiffre cumule, pour l’é­le­vage en prai­rie, les eaux vertes (eaux de pluie, qui tombent sur le sol et retournent à la nature… elles ne servent donc pas à l’é­le­vage !), à 97 %, 2 % d’eaux bleues (pour abreu­ver le bétail et irri­guer), et 1 % d’eaux grises (eaux uti­li­sées pour dépol­luer les effluents et recycler). 

Pour pro­duire un kilo de bœuf, il faut donc plu­tôt en réa­li­té 500 litres d’eau en France. Ceci repré­sente donc 3 % des 15 000 litres évoqués !!! 

 

Par ailleurs, d’a­près l’In­see, un Fran­çais uti­lise 150 litres d’eau par jour. En 3,5 jours, il aura donc consom­mé autant que pour pro­duire un kilo de viande de bœuf (arrê­tez plu­tôt les bains ou le net­toyage de votre voiture !).

Enfin, ce volume est infé­rieur à celui uti­li­sé pour pro­duire, par exemple, un kilo d’a­vo­cats, qui vien­dront, en plus, de l’autre bout du monde.

 

Bon anni­ver­saire Grand-Mère !

Notre grand-mère a sui­vi la dis­cus­sion avec atten­tion, sou­rire en coin, son verre de cham­pagne à la main. « Quel­qu’un reveut du filet ? » a‑t-elle deman­dé, avant de s’a­dres­ser à ma cou­sine : « Ma ché­rie, tu repren­dras bien un peu de salade verte avec ton steak végétarien ? » 

Pour ma part, j’ai évi­dem­ment repris du filet de bœuf. Mais j’at­ten­dais le gâteau d’an­ni­ver­saire avec impa­tience. Parce que j’aime le gâteau.

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont notés *

À ne pas manquer

Souhaitons que la décision du tribunal administratif de Paris, limiter la prévention des actes de nature idéologique de la cellule Demeter, n'entraîne pas le retour de telles images dans nos campagnes ! © Adobe Stock
À la #PositiveProduction, on a choisi de se saisir d'un sujet essentiel : votre durabilité en tant qu'agriculteur © Adobe Stock
Edgard Pisani accompagné dans le