CHARGEMENT

Rechercher

Le rémunérascore, une idée lumineuse pour afficher le revenu des agriculteurs ?

Une idée de rémunérascore prévue dans la loi Egalim 2 sous forme d’une expérimentation de cinq ans. © AdobeStock

Partager

Ima­gi­nez que vous êtes employé dans une entre­prise de fabri­ca­tion d’en­ve­loppes. Que diriez-vous si, demain, quand les clients en ache­taient une à un euro, ils pou­vaient savoir, par exemple, que vous avez été rému­né­ré de 0,1 € sur la vente de cette enveloppe ?

 

C’est l’i­dée lumi­neuse du rému­né­ras­core (on pas­se­ra sur la moche­té du nom !) pré­vu dans la loi Ega­lim 2 sous forme d’une expé­ri­men­ta­tion de cinq ans. Il s’a­git d’un affi­chage fai­sant res­sor­tir l’im­pact d’un prix de vente sur la rému­né­ra­tion de l’agriculteur. 

 

En lien avec la loi Cli­mat, les séna­teurs avaient déjà sou­hai­té une mesure pour un meilleur affi­chage dans les étals du reve­nu des agri­cul­teurs. Ain­si, il ont voté pour un dis­po­si­tif qui fera figu­rer la rému­né­ra­tion des agri­cul­teurs dans les cri­tères de l’af­fi­chage envi­ron­ne­men­tal. Bref, tout le monde veut affi­cher com­bien vous gagnez !

 

On est contre…

On ne peut quand même pas s’empêcher de pen­ser que cette volon­té de mon­trer à tout prix le reve­nu des agri­cul­teurs, si elle part d’une volon­té de trans­pa­rence, s’a­vère à double tran­chant. D’un côté, on sait les agri­cul­teurs pudiques sur leur reve­nu (comme les Fran­çais en géné­ral), de l’autre, dès que les prix vien­dront à leur être un peu plus favo­rables, il ne fait pas de doute qu’ils seront direc­te­ment sanc­tion­nés par une baisse… Vous avez dit moyen de contrôle ?

 

Ils sont contre…

Les coopé­ra­tives se sont pro­non­cées contre ce rému­né­ras­core, arguant que la com­plexi­té des sys­tèmes de ris­tourne de fin de cam­pagne, par exemple, ne serait pas prise en compte. Une asso­cia­tion de consom­ma­teurs s’est, elle aus­si, éle­vée contre, y voyant une énième occa­sion de faire repor­ter le poids des prix sur le consommateur.

 

Bref, tout le monde se ren­voie la balle. En atten­dant, les agri­cul­teurs crèvent tou­jours de faim… 

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont notés *

À ne pas manquer

Interview d'une femme
Alors, êtes-vous fait pour être agriculteur ?