CHARGEMENT

Rechercher

Ce fameux dîner : Épisode 4 : Les vaches et le méthane…

Les vaches et le méthane… Quelle histoire... © AdobeStock

Partager

On a tous vécu « ce fameux dîner » au cours duquel on a le « plai­sir » d’é­chan­ger avec des gens qui ont un avis sur les agri­cul­teurs et l’a­gri­cul­ture mais… qui n’y connaissent rien ! Aujourd’­hui, « les vaches et le méthane… »

 

Ah ce dîner entre vieux copains/copines de fac ! On se revoit cinq ans après, on se revoit dix ans plus tard. On s’est mariés, on a eu des enfants et… on a vieilli. On a pris des posi­tions : un peu trop à droite pour les uns, un peu trop à gauche pour les autres, un peu trop inté­res­sés par l’argent pour cer­tains et… un peu trop mal infor­més pour les plus bavards !

 

Alors, au moment où on parle – for­cé­ment – d’é­co­lo­gie, de pol­lu­tion et d’é­le­vage… ce sont les vaches, pro­duc­trices de méthane, donc de gaz à effet de serre (GES), qui se retrouvent sur le banc des accu­sés. Ah, les vilaines vaches !

 

Les élé­ments à connaître

 

Il faut rap­pe­ler que les rumi­nants dégradent la cel­lu­lose, ce qui pro­duit du méthane, émis par éruc­ta­tion ou fla­tu­lence. Il cor­res­pond à 5 % des gaz à effet de serre émis en France. Lut­ter contre les émis­sions de méthane liées à la rumi­na­tion est com­pli­qué. Des efforts sont pour­tant déjà entre­pris en ce sens : une ali­men­ta­tion des bovins à base de lin dimi­nue ces rejets de 20 %.
Et vous, que faites-vous pour arrê­ter de péter ?


En matière agri­cole comme dans beau­coup d’autres domaines, les choses sont plus sou­vent nuan­cées qu’on ne pour­rait le croire de prime abord. Ain­si, le méthane reje­té par les vaches est com­pen­sé par le sto­ckage du car­bone dans les sols des prai­ries qu’elles consomment ! Hé oui, sym­pa l’agriculture…
Et vous, com­ment com­pen­sez-vous, de votre côté ?

 

Arrê­ter de se foca­li­ser sur l’agriculture !

 

Par ailleurs, c’est bien beau d’at­ta­quer ces pauvres vaches sans défense, mais selon le Giec (qu’on ne peut accu­ser de com­plai­sance), le méthane repré­sen­tait 16 % des émis­sions de GES en 2015. Le CO2 issu des éner­gies fos­siles (le pétrole des bagnoles…) repré­sente, lui, les trois quarts de ces émissions !

 

De là à conseiller à mes cama­rades de fac de cir­cu­ler à dos de zébu, il n’y avait qu’un pas…

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont notés *

À ne pas manquer

Souhaitons que la décision du tribunal administratif de Paris, limiter la prévention des actes de nature idéologique de la cellule Demeter, n'entraîne pas le retour de telles images dans nos campagnes ! © Adobe Stock
Nicolas Hulot tenant un micro à la fête de l'Humanité
Un homme fou se tenant la tête