CHARGEMENT

Rechercher

Extinction Rebellion et la fusion FNSEA/ministère de l’Agriculture

Fusion ou pas fusion, l'objectif reste de se faire du blé ! © AdobeStock

Partager

Les rédac­tions de plu­sieurs jour­naux fran­çais ont reçu, fin novembre, un com­mu­ni­qué de presse plu­tôt bref dont l’annonce a trou­blé et fait trem­bler, le signe que c’était vrai­ment bien fait !

 

Une sacrée bonne blague…

Signé conjoin­te­ment par la FNSEA et le minis­tère de l’Agriculture et de l’Alimentation, il annon­çait la fusion, his­to­rique, des deux orga­nismes, qui aurait dû abou­tir dans la deuxième moi­tié de l’année 2022. « Mme Chris­tiane Lam­bert, pré­si­dente de la FNSEA, et M. Julien Denor­man­die, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, sont heu­reux de vous annon­cer le rap­pro­che­ment de leurs équipes au sein d’une même administration. »

C’était, bien sûr, un canu­lar ! Orga­ni­sé par l’association Extinc­tion Rebel­lion, il avait pour objec­tif de condam­ner le trop grand poids, à ses yeux, de la FNSEA, dans les déci­sions du gou­ver­ne­ment et la place lais­sée à l’agriculture « productiviste ».

À la #Posi­ti­ve­Pro­duc­tion, on ne rechigne pas à rigo­ler dès qu’on le peut. C’est pour­quoi on a trou­vé l’idée et sa réa­li­sa­tion vrai­ment marrantes !

 

Derrière le canular, un message à faire passer

Si la FNSEA et le gou­ver­ne­ment sont por­teurs, selon l’association, d’à peu près tous les maux qui touchent l’agriculture et les agri­cul­teurs, elle voit ces der­niers comme les vic­times d’un sys­tème, voire orga­ni­sé, par les pre­miers. Elle a aus­si suf­fi­sam­ment de rete­nue pour ne pas por­ter d’accusation contre les exploi­tants agri­coles eux-mêmes (ce qui est suf­fi­sam­ment rare pour être signalé).

Elle tombe en revanche un peu plus dans la faci­li­té quant aux solu­tions pro­po­sées pour sor­tir de ce sys­tème en oubliant que le temps agri­cole, qui est aus­si celui de la nature, n’est pas aus­si rapide et court que la pré­pa­ra­tion d’un canu­lar, aus­si bien fait soit-il.

Enfin, Extinc­tion Rebel­lion oublie aus­si que, peut-être, les pre­miers inté­res­sés appré­cie­raient aus­si un jour d’être consultés…

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont notés *

À ne pas manquer

Un homme tenant une liasse de billets devant un champ
Tracteur dans un champ avec l'écriture "BIO"
Souhaitons que la décision du tribunal administratif de Paris, limiter la prévention des actes de nature idéologique de la cellule Demeter, n'entraîne pas le retour de telles images dans nos campagnes ! © Adobe Stock