CHARGEMENT

Rechercher

Pourquoi « non ce n’était pas meilleur avant »

Même si les images de fruits et légumes produits à grande échelle, par exemple, ne vendent pas forcément du rêve, la sécurité et la saveur sont aujourd'hui bien mieux garanties que par le passé. © AdobeStock

Partager

On entend sou­vent dire que les quan­ti­tés aujourd’­hui pro­duites en agri­cul­ture ne per­mettent pas aux den­rées agri­coles d’être qua­li­ta­tives, et qu’elles étaient meilleures avant. Voi­ci quelques rai­sons de pen­ser le contraire.

 

Une sécu­ri­té ali­men­taire exigeante

L’a­li­men­ta­tion en France est l’une des plus sûres, sinon la plus sûre, au monde. On compte :

  • 400 000 exploi­ta­tions agricoles,
  • 400 000 res­tau­rants et entre­prises agroalimentaires,
  • 4 000 ins­pec­teurs, qui effec­tuent des contrôles,
  • 14 000 vété­ri­naires habi­li­tés par l’État, 
  • 350 mil­lions d’eu­ros de coût annuel,
  • 800 000 ana­lyses sont réa­li­sées annuel­le­ment par les labo­ra­toires agréés.

 

Une sécu­ri­té sani­taire garantie

Entre les vers qui cro­quaient les pommes et les puce­rons qui dévo­raient les salades sans que l’on puisse lut­ter, il est clair que ce n’é­tait pas vrai­ment mieux avant. La sécu­ri­té sani­taire est obte­nue grâce au contrôle des myco­toxines (une tren­taine sont toxiques pour l’homme), moi­sis­sures et autres bac­té­ries. Ain­si, les risques d’in­toxi­ca­tion ali­men­taire sont aujourd’­hui moindres que par le pas­sé (on compte aujourd’­hui envi­ron 160 décès annuels dûs au toxi-infec­tions ali­men­taires col­lec­tives, les TIAC contre 15 000 dans les années 1950, même si celles si ne sont pas du seul fait de la pro­duc­tion agricole). 

 

Le goût d’antan…

« Les varié­tés d’an­tan avaient plus de goût. » Ça c’est dans les sou­ve­nirs, parce que c’é­tait tou­jours mieux avant. En réa­li­té, les nou­velles varié­tés sont sélec­tion­nées pour offrir une qua­li­té gus­ta­tive plus stable. De plus, il existe aujourd’­hui plus de varié­tés pro­po­sées sur le mar­ché. Elles contri­buent d’au­tant à un élar­gis­se­ment des saveurs disponibles. 

Ces nou­velles varié­tés répondent éga­le­ment aux demandes des filières aval qui ont, elles aus­si, évo­lué. En effet, on ne pro­duit pas le même pain aujourd’­hui, ni les mêmes ali­ments trans­for­més qu’il y a vingt ou cin­quante ans. Les demandes tech­niques pour la pani­fi­ca­tion, par exemple, ne sont plus les mêmes. 

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont notés *

À ne pas manquer

S'il cherche bien avec sa loupe dans ce tas de grain, Janusz Wojciechowski trouvera peut-être les réponses des États-membres qui lui manquent encore ! © Adobe Stock
Agriculteur chantant avec un accordéon dans un champ
Souhaitons que la décision du tribunal administratif de Paris, limiter la prévention des actes de nature idéologique de la cellule Demeter, n'entraîne pas le retour de telles images dans nos campagnes ! © Adobe Stock