CHARGEMENT

Rechercher

L’utilisation des pesticides encore problématique selon le Conseil d’État malgré une meilleure information

Deux recours contre les réglementations encadrant l’utilisation des pesticides de synthèse ont eu lieu le 12 juillet. © AdobeStock

Lun­di 12 juillet s’est tenue l’audience, au Conseil d’É­tat, de deux recours contre les régle­men­ta­tions enca­drant l’u­ti­li­sa­tion des pes­ti­cides de synthèse.
Ces recours sont por­tés notam­ment par l’as­so­cia­tion Géné­ra­tions Futures. À la suite de cette audience, le rap­por­teur public pro­pose au Conseil d’État de deman­der au gou­ver­ne­ment de revoir sa copie sur trois points, ce dont se féli­cite l’association :

  1. mettre en place une obli­ga­tion d’information du public préa­lable à tout épandage,
  2. inclure tous les can­cé­ri­gènes muta­gènes et repro­toxiques 2 dans la zone mini­male de 20 mètres sans pul­vé­ri­sa­tion à proxi­mi­té des habi­ta­tions, prin­cipe de pré­cau­tion oblige,
  3. pré­voir des mesures de pro­tec­tion pour les per­sonnes tra­vaillant à proxi­mi­té des zones d’u­ti­li­sa­tion des pesticides.

 

Oui mais… Si on com­prend bien qu’il est impor­tant d’in­for­mer le public pour faire com­prendre les tenants et les abou­tis­sants de son métier et de son tra­vail, on a peu d’exemples en tête de scie­ries infor­mant le public qu’elles vont cou­per du bois et faire du bruit, peu d’exemples d’in­dus­tries infor­mant qu’elles vont uti­li­ser des sub­stances cor­ro­sives à tel jour et à telle heure… Bref, on a peu d’exemples de pro­fes­sions dans les­quelles il faut infor­mer à chaque fois que l’on va faire son métier. C’est nier le pro­fes­sion­na­lisme des agri­cul­teurs. Si on com­prend bien le prin­cipe de pré­cau­tion, il fau­drait peut-être aus­si, tout de même, lais­ser les pro­fes­sion­nels tra­vailler non ? Les agri­cul­teurs uti­lisent ces pro­duits, qui ont obte­nu des AMM, dans des condi­tions bien défi­nies (sans vent, à des doses pré­cises, etc.). Ces jours-ci, on ne demande pas aux méde­cins, sui­vant le prin­cipe de pré­cau­tion, de ne pas… vac­ci­ner (bin oui, le vac­cin aus­si a pu entraî­ner des effets secon­daires !).Enfin, il est évident que les per­sonnes tra­vaillant à proxi­mi­té des zones d’u­ti­li­sa­tion des pes­ti­cides doivent se pro­té­ger (l’as­so­cia­tion ne pré­cise pas dans son com­mu­ni­qué qu’il s’a­git des pilotes de drones : « Dans le dos­sier d’expérimentation de drones pour l’épandage de pes­ti­cides, le rap­por­teur public a éga­le­ment deman­dé l’annulation de l’arrêté car il ne pré­voit pas de dis­po­si­tions des­ti­nées à pro­té­ger les per­sonnes tra­vaillant à proxi­mi­té des par­celles trai­tées en uti­li­sant un aéro­nef télé­pi­lo­té. » Là encore, on n’i­ma­gine pas vrai­ment un pilote de drone épan­dant des pro­duits phy­to­sa­ni­taires ne por­ter aucune pro­tec­tion ! Une fois de plus, les asso­cia­tions sont dans l’ex­trême. Elles omettent le grand pro­fes­sion­na­lisme des agriculteurs.
Peut-être fau­drait-il leur rap­pe­ler qu’eux aus­si sont parents, ont des familles et… n’ont pas envie de tom­ber malades.

Peut-être fau­drait-il leur rap­pe­ler que les modèles de demain doivent se pen­ser dès aujourd’­hui et qu’une tran­si­tion n’est pas un chan­ge­ment radi­cal sinon, on risque la catas­trophe (voir nos articles Fiction).
C’est pour cela, aus­si, que nous tra­vaillons, à la #Posi­ti­ve­Pro­duc­tion, à faire mieux connaître les biosolutions !

 

Des chartes qui font polémique

En paral­lèle des recours, les chartes de bon voi­si­nage sont éga­le­ment condam­nées par les asso­cia­tions au motif que « la pro­fes­sion agri­cole a la main­mise sur leur rédac­tion », qu’elles sont « moins pro­tec­trices que les dis­po­si­tions natio­nales » et que les minis­tères de l’A­gri­cul­ture et de la Tran­si­tion éco­lo­gique les ont remises en consul­ta­tion du 5 au 16 juillet, soit pen­dant l’été.
Donc, on ne consulte pas, ça ne va pas. On consulte, mais comme ce sont les uti­li­sa­teurs qui sont à l’i­ni­tia­tive des chartes, ça ne va pas. On refait une consul­ta­tion, mais le timing étant ser­ré, ça ne va pas. Bref, ça ne va pas…

 

La ques­tion posée par Géné­ra­tions Futures sur son site inter­pelle : « Com­ment ima­gi­ner avoir des chartes réel­le­ment pro­tec­trices pour les popu­la­tions, faites à l’i­ni­tia­tive des uti­li­sa­teurs eux-mêmes […] ? » Mais c’est bien sûr : les agri­cul­teurs ne sou­haitent pas pro­té­ger les popu­la­tions, ce sont des empoi­son­neurs, des cri­mi­nels. Tous en prison !

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont notés *

À ne pas manquer

Mise de substances dans les champs
Collecte emballages vides de produits phytosanitaires
Un homme un œuf à la main dans un poulailler