CHARGEMENT

Rechercher

Partager

Cette année, le mildiou est précoce et très virulent dans les vignobles du Bordelais.

Les condi­tions météo­ro­lo­giques actuelles, asso­ciées à un hiver doux et à des pré­ci­pi­ta­tions abon­dantes, ont boos­té son émer­gence et dopent l’infestation. 

Dans cette région, « le mil­diou est prêt à conta­mi­ner l’ensemble du vignoble » comme en témoigne, Julien Luro, pro­prié­taires d’une cin­quan­taine d’hec­tares à Tar­gon.  « Je n’a­vais jamais vu le mil­diou frap­per si pré­co­ce­ment », confie-t-il, tout en se deman­dant si cela pour­rait être lié à la forte épi­dé­mie de l’an­née pré­cé­dente et à la pré­sence d’i­no­cu­lum per­sis­tant dans le sol. C’est le cau­che­mar de nom­breux exploi­tants, dont les vignobles jouxtent des par­celles à l’abandon, faute de repreneurs. 

Le champignon pathogène qui attaque d’abord les feuilles puis les grappes de raisin fait son retour de manière agressive depuis plusieurs jours déjà. 

Tous les rap­ports de ser­vices tech­niques et des Chambres d’Agriculture sou­lignent les condi­tions cli­ma­tiques pro­pices à sa pro­pa­ga­tion et expriment leur pes­si­misme, lais­sant entre­voir une aug­men­ta­tion du risque qui devrait pas­ser à un niveau « très fort » dans la plu­part des cas.

Le mil­diou a été ali­men­té par les fortes pluies et les tem­pé­ra­tures éle­vées : « c’est une vraie boîte de Petri » ce qui note un déve­lop­pe­ment du mil­diou encore plus pré­coce qu’avec le mil­lé­sime 2023.

L’incertitude météorologique persiste

D’ailleurs, l’épisode de cha­leur récent sui­vi des pré­ci­pi­ta­tions actuelles, pour­raient entraî­ner des conta­mi­na­tions épi­dé­miques impor­tantes dès que les oospores attein­dront leur maturité.

Pour lut­ter effi­ca­ce­ment contre le mil­diou ne lais­sez rien au hasard

Alors en rai­son des dom­mages signi­fi­ca­tifs que le mil­diou peut cau­ser, il est essen­tiel d’é­ta­blir un plan de lutte effi­cace. Mieux vaut opter pour une solu­tion qui garan­tit une pro­tec­tion fiable dans toutes les condi­tions et lar­ge­ment recom­man­dée par ses uti­li­sa­teurs depuis plus de 12 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont notés *

À ne pas manquer