CHARGEMENT

Rechercher

Ras-le-bol… de voir les exploitations agricoles disparaître

Ras-le-bol de voir les exploitations agricoles disparaître ! © AdobeStock

Partager

« Ce qui se passe en ce moment avec l’a­gri­cul­ture en France, c’est un énorme plan social, le plus gros plan social à l’œuvre à l’heure actuelle, mais c’est un plan social secret. » Cette cita­tion date de 2019. Elle est tirée du roman Séro­to­nine de Michel Houel­le­becq. Qu’on aime ou non l’é­cri­vain, force est de consta­ter qu’il n’a pas tort…

 

Des chiffres qui font frémir

Le gou­ver­ne­ment, via Agreste, le ser­vice sta­tis­tiques du minis­tère en charge de l’A­gri­cul­ture, a publié en décembre les chiffres du recen­se­ment agri­cole. Et c’est peu de le dire, ils font fré­mir. La France a per­du 100 000 exploi­ta­tions entre 2010 et 2020. Elles ne sont plus que 389 000… Cette baisse repré­sente 20 % ! En dix ans ! Et en 2000, on comp­tait un peu plus de 600 000 exploitations. 

Leur taille conti­nue d’aug­men­ter. Et seules les plus grandes semblent tirer leur épingle du jeu : les grandes exploi­ta­tions (SAU moyenne de 136 hec­tares), déga­geant plus de 250 000 euros par an de pro­duc­tion brute stan­dard (PBS), sont les seules dont le nombre aug­mente en 2020 (+ 3,4 %). Elles repré­sentent désor­mais une exploi­ta­tion sur cinq et cultivent presque 40 % du ter­ri­toire agri­cole (7 % de plus qu’en 2010).

Toutes les autres caté­go­ries (micro entre­prises, petites et moyennes) diminuent.

 

Une volonté politique, économique, sociale ? 

Il n’y aurait donc qu’une seule façon de faire de l’a­gri­cul­ture pour nos diri­geants : avoir une grosse exploi­ta­tion ? Quid de l’é­le­vage, du maraî­chage, de la viti­cul­ture, de l’ar­bo­ri­cul­ture, dans les­quels les exploi­ta­tions sont sou­vent de taille modeste ? Bien sûr, il n’y a pas que la taille des exploi­ta­tions qui rentre en jeu. La via­bi­li­té éco­no­mique est essentielle. 

Mais on peut dou­ter qu’un seul modèle, celui dit « exten­sif », puisse répondre à tous les cas de figure, notam­ment lors­qu’il s’a­git de com­battre les mala­dies, de lut­ter contre les résis­tances, ou de trou­ver des moyens « alter­na­tifs » de cultiver. 

On sait éga­le­ment aujourd’­hui qu’en termes de bio­di­ver­si­té et de façon­nage des pay­sages, l’a­gri­cul­ture a un rôle essen­tiel à jouer. Com­ment pour­rait-elle le rem­plir alors que tout est fait pour favo­ri­ser de grandes sur­faces remembrées ?

C’est pour­quoi, moi, fils, petit-fils et arrière-petit-fils d’agriculteurs, etc., j’en ai ras-le-bol de voir les exploi­ta­tions agri­coles disparaître.

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont notés *

À ne pas manquer

Souhaitons que la décision du tribunal administratif de Paris, limiter la prévention des actes de nature idéologique de la cellule Demeter, n'entraîne pas le retour de telles images dans nos campagnes ! © Adobe Stock
une abeille butinant une fleur
Abeille qui butine dans une fleur