CHARGEMENT

Rechercher

L’agriculture, fer de lance de la start-up nation ?

L’agriculture est depuis toujours une terre de recherche, d’invention, d’hybridation, qui concilie habilement savoirs ancestraux, pratiques industrielles, digitalisation et nouvelles technologies. Aussi, à l’heure où les enjeux de souveraineté alimentaire et de transition écologique enjoignent les systèmes de production à évoluer, accélérer le développement de l’innovation agricole est indispensable.

Les start-up au service de l’agriculture de demain

L’agriculture est depuis tou­jours une terre de recherche, d’invention, d’hybridation, qui conci­lie habi­le­ment savoirs ances­traux, pra­tiques indus­trielles, digi­ta­li­sa­tion et nou­velles tech­no­lo­gies. Aus­si, à l’heure où les enjeux de sou­ve­rai­ne­té ali­men­taire et de tran­si­tion éco­lo­gique enjoignent les sys­tèmes de pro­duc­tion à évo­luer, accé­lé­rer le déve­lop­pe­ment de l’innovation agri­cole est indispensable. 

C’est l’objectif de la « French Agri­Tech », lan­cée à l’été 2021 par le ministre de l’Agriculture, Julien Denor­man­die, et le secré­taire d’État au numé­rique, Cédric O. Le gou­ver­ne­ment a en effet parié sur la fécon­di­té d’un mariage entre les savoir-faire agri­coles fran­çais et la puis­sance de la French Tech. Afin de don­ner corps à cette union, 200 mil­lions d’euros seront ini­tia­le­ment inves­tis sur cinq ans, dans le cadre de deux appels à pro­jets dédiés à la tran­si­tion éco­lo­gique et aux besoins ali­men­taires, dont l’Inrae et BPI­france seront des par­te­naires clés. Les 215 start-up et entre­prises réfé­ren­cées dans le domaine de l’Agri-Tech et de la Food-Tech sont, quant à elle, invi­tées à se sai­sir de ce nou­vel outil pour finan­cer leurs innovations.

Consolider la compétitivité de la France sur la scène internationale

Alors que la Chine et les États-Unis inves­tissent depuis des années des mil­liards dans ce sec­teur, l’enjeu pour la France est aus­si géo­po­li­tique. Si elle ne peut, à ce stade, se mesu­rer à ces deux géants, elle peut cepen­dant se van­ter d’être au troi­sième rang mon­dial en termes de start-up Agri­Tech créées par habi­tant. Le lan­ce­ment de la French Agri­Tech revêt donc aus­si une por­tée stra­té­gique et devrait per­mettre à la France de conso­li­der sa place de lea­der au niveau euro­péen, de sou­te­nir les futurs géants des exploi­ta­tions agri­coles de demain et ren­for­cer la com­pé­ti­ti­vi­té de ces dernières. 

Pour autant l’enjeu n’est pas qu’économique. L’innovation en agri­cul­ture est ici pen­sée comme un moyen pour aider celle-ci à deve­nir plus durable, rési­liente, sou­ve­raine ain­si que pour amé­lio­rer les condi­tions de tra­vail des agri­cul­teurs. Loin des images pous­sié­reuses d’une agri­cul­ture oppo­sée à la tech­no­lo­gie, le lan­ce­ment de la French Agri­Tech marque donc clai­re­ment la prio­ri­té don­née à l’innovation et conforte l’ancrage de l’agriculture dans notre époque, ain­si qu’au ser­vice de l’avenir !

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont notés *

À ne pas manquer

Un enfant tenant deux concombres dans les mains
Un masque dans un champs
Les adjuvants, des gouttes au rôle essentiel, issues d'une R&D à la pointe de la technologie © Adobe Stock