CHARGEMENT

Rechercher

La définition du biocontrôle légèrement remaniée

Si le ministère se retrouve dans cette vision plus large et plus intégrative du biocontrôle et des biosolutions, il ne fait nul doute que c’est un signe très positif. © AdobeStock

Partager
Panneau montrant la direction de "Définition"
Une nou­velle défi­ni­tion du bio­con­trôle © AdobeStock

Alors qu’au début de cette année 2021, la défi­ni­tion du bio­con­trôle men­tion­nait les bio­agres­seurs : « Le bio­con­trôle désigne un ensemble de méthodes de pro­tec­tion des végé­taux repo­sant sur l’u­ti­li­sa­tion de méca­nismes natu­rels pour maî­tri­ser les bio­agres­seurs », celle mise en ligne il y a quelques jours sur le site inter­net du minis­tère de l’A­gri­cul­ture ne contient plus la men­tion de cette maî­trise des bio­agres­seurs : « Le bio­con­trôle est un ensemble de méthodes de pro­tec­tion des végé­taux basé sur l’utilisation de méca­nismes naturels. 

Seules ou asso­ciées à d’autres moyens de pro­tec­tion des plantes, ces tech­niques sont fon­dées sur les méca­nismes et inter­ac­tions qui régissent les rela­tions entre espèces dans le milieu naturel. » 

 

Que nous dit ce chan­ge­ment ? À la #Posi­ti­ve­Pro­duc­tion, on pense que le bio­con­trôle et les bio­so­lu­tions englobent bien plus que la seule maî­trise des bio­agres­seurs. Ceci est d’ailleurs pré­ci­sé juste après : « Ain­si, le prin­cipe du bio­con­trôle repose sur la ges­tion des équi­libres des popu­la­tions d’agresseurs plu­tôt que sur leur éradication. » 

 

On assiste donc bien à une redé­fi­ni­tion. Elle fait plu­tôt chaud au cœur après des décen­nies où c’é­tait sur­tout la chi­mie et le contrôle qui avaient pris la main, y com­pris dans la vision des hautes sphères poli­tiques. Les pro­duits de bio­con­trôle sont défi­nis dans le code rural et com­prennent « les macro-orga­nismes et et les pro­duits phy­to­phar­ma­ceu­tiques qui sont com­po­sés de micro-orga­nismes, de média­teurs chi­miques tels que les phé­ro­mones et les kai­ro­mones, ou de sub­stances natu­relles d’origine végé­tale, ani­male ou minérale ». 

 

Il est aus­si rap­pe­lé que les pro­cé­dures d’ho­mo­lo­ga­tion et les taxes appli­quées sur ces pro­duits sont réduites, qu’ils sont exemp­tés d’in­ter­dic­tion de publi­ci­té, ne sont pas sou­mis à l’o­bli­ga­tion de réduc­tion des usages dans le cadre de CEPP

 

Si le minis­tère se retrouve dans cette vision plus large et plus inté­gra­tive du bio­con­trôle et des bio­so­lu­tions, il ne fait nul doute que c’est un signe très posi­tif. Et vous, qu’en pensez-vous ?

La liste des pro­duits de bio­con­trôle en vigueur

La liste des pro­duits de bio­con­trôle actuel­le­ment en vigueur est acces­sible en sui­vant ce lien. Elle a été publiée le 14 octobre 2021. Elle est mise à jour mensuellement.

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont notés *

À ne pas manquer

Pommes flottant dans l'eau dans l'entrepôt d'emballage en train d'être lavées.
Mise de substances dans les champs