CHARGEMENT

Rechercher

Biosolutions en vigne : toujours plus de qualité

Dans 300 viticulteurs et 103 arboriculteurs, 94 % sont favorables au biocontrôle © AdobeStock

Partager

Une enquête de février 2020 menée auprès de 300 viti­cul­teurs et 103 arbo­ri­cul­teurs montre qu’ils sont à 94 % favo­rables au bio­con­trôle (55 % pour res­pec­ter l’en­vi­ron­ne­ment, 52 % pour limi­ter le recours aux pro­duits conven­tion­nels, 35 % pour dimi­nuer l’IFT).

 

97 % d’entre eux sont ain­si enga­gés dans une démarche de réduc­tion de l’u­ti­li­sa­tion des pro­duits phy­to­sa­ni­taires conventionnels.

Ain­si, pour les filières sous signe de qua­li­té (HVE ou agri­cul­ture bio­lo­gique par exemple), l’u­ti­li­sa­tion de pro­duits de bio­con­trôle par­ti­cipe à la vali­da­tion du volet stra­té­gie phy­to­sa­ni­taire de la HVE.

Une plante qui aura reçu des bio­sti­mu­lants résis­te­ra mieux aux bio­agres­seurs de la vigne, comme le mil­diou ou l’oï­dium, et aura moins besoin de traitements.

Les bio­so­lu­tions répondent éga­le­ment aux enga­ge­ments de res­pon­sa­bi­li­té sociale et envi­ron­ne­men­tale (RSE) des entre­prises.

 

Pour Auré­lie Morin, res­pon­sable mar­ke­ting chez De San­gosse : « Au-delà d’optimiser l’efficacité glo­bale du trai­te­ment sur la vigne et de pré­ser­ver l’environnement, les bio­so­lu­tions apportent des cri­tères de per­for­mance sup­plé­men­taires indé­niables aux pro­duc­teurs, aux filières vis-à-vis des nou­velles attentes de la socié­té avec des modèles agri­coles plus rési­lients. »

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont notés *

À ne pas manquer

Il y a de l'avenir, beaucoup d'avenir, pour la biomasse © Adobe Stock
Un paysage d'arbres et de champs