CHARGEMENT

Rechercher

Les adjuvants, incontournables pour la protection des plantes

Les adjuvants, des gouttes au rôle essentiel, issues d'une R&D à la pointe de la technologie © Adobe Stock

Partager

À l’heure où les agri­cul­teurs doivent tou­jours plus opti­mi­ser l’ef­fi­ca­ci­té de leurs trai­te­ments et mieux res­pec­ter l’en­vi­ron­ne­ment, des solu­tions ingé­nieuses, par exemple Bliss Ecos­pray, la pul­vé­ri­sa­tion en un souffle viennent s’a­jou­ter à la boîte à outils de l’a­gri­cul­teur effi­cace. C’est aus­si le cas des adju­vants, notam­ment dans le cadre d’une stra­té­gie de biocontrôle.

À quoi servent les adjuvants ?

Les adju­vants jouent plu­sieurs rôles au champ. Tout d’a­bord, ils contri­buent à poten­tia­li­ser l’ac­tion des pro­duits phy­to­phar­ma­ceu­tiques. Ils per­mettent donc d’en uti­li­ser moins. Ils ne rem­placent tou­te­fois pas les inter­ven­tions dans de bonnes conditions. 

Ils agissent éga­le­ment en dimi­nuant le ruis­sel­le­ment, c’est-à-dire que le pro­duit pul­vé­ri­sé reste sur la plante (on parle de pro­duit « réten­teur ») et ne coule pas sur le sol, ni dans les cours d’eau. Un bon point pour l’environnement !

De la même manière, les adju­vants vont limi­ter la dérive, c’est-à-dire la créa­tion de gout­te­lettes trop fines qui iront se perdre dans les champs voi­sins ou dans l’en­vi­ron­ne­ment. Il faut pour cela que l’a­gri­cul­teur calibre les buses de son épan­deur (quand on dit que c’est un tra­vail de professionnels !).

L’adjuvant, un produit de haute technicité

Les adju­vants pré­sentent une haute tech­ni­ci­té. C’est pour­quoi ils ne sont com­mer­cia­li­sés qu’a­près avoir reçu une auto­ri­sa­tion de mise sur le mar­ché (AMM). Pour les uti­li­ser, les agri­cul­teurs doivent, bien sûr, ne pas oublier les EPI.

  • Les adju­vants peuvent être « mouillants » : ils étalent mieux la gout­te­lette sur la plante, aug­men­tant ain­si la cou­ver­ture du pro­duit, et donc son efficacité.
  • Ils peuvent éga­le­ment être « humec­tants » : cela per­met d’é­vi­ter l’é­va­po­ra­tion des gout­te­lettes en sur­face. La matière active cris­tal­lise moins, le pro­duit pénètre plus vite.
  • Les adju­vants peuvent être « péné­trants » : ils vont aider le pro­duit à péné­trer par les sto­mates dans la feuille grâce à une action sur sa cuti­cule ou au gon­fle­ment des cris­taux de cire.

Bien sûr, ils peuvent être tout cela à la fois. La for­mu­la­tion In-Tech de cer­tains adju­vants les rend péné­trants et humec­tants, en même temps qu’ils sont homo­lo­gués avec her­bi­cides, fon­gi­cides et régu­la­teurs de crois­sance sur toutes les cultures ! Un pro­duit high-tech on vous dit !

Gros plan sur la thixotropie

De San­gosse a déve­lop­pé un adju­vant d’un nou­veau type, uti­li­sable sur de nom­breuses cultures. En effet, son 846 est « thixo­trope », ce qui signi­fie que sa flui­di­té change en fonc­tion de l’éner­gie qu’il reçoit. La gout­te­lette conte­nant le 846 est fluide lors­qu’elle passe dans la buse du pul­vé et devient vis­queuse et col­lante au contact de la plante. Tout sim­ple­ment génial ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont notés *

À ne pas manquer

Cierges allumés
Culture des melons
Souhaitons que la décision du tribunal administratif de Paris, limiter la prévention des actes de nature idéologique de la cellule Demeter, n'entraîne pas le retour de telles images dans nos campagnes ! © Adobe Stock