CHARGEMENT

Rechercher

Sont pas bêtes ces p’tits jeunes…

Partager

N’en déplaise à cer­tains scep­tiques sur la for­ma­tion en agri­cul­ture, les agri­cul­teurs d’au­jourd’­hui suivent des études et font des for­ma­tions, avec un très bon niveau. 

Ain­si, suite à la ses­sion de juin, le minis­tère de l’A­gri­cul­ture a annon­cé que l’enseignement agri­cole avait enre­gis­tré un taux de réus­site de 90,7 % sur l’ensemble de ses diplômes. Rap­pe­lons qu’ils s’é­tendent du cer­ti­fi­cat d’aptitude pro­fes­sion­nelle (CAP) au bre­vet de tech­ni­cien supé­rieur agri­cole (BTSA). Ce sont donc 66 984 élèves sur 77 226 ins­crits qui ont été diplômés.

 

Comment ces lauréats se répartissent-ils ?

  • 98,5 % de réus­site pour le bac tech­no­lo­gique Sciences et tech­no­lo­gies de l’agronomie et du vivant (STVA)
  • 96 % de réus­site pour le CAP agri­cole (96 %)
  • 92,3 % de réus­site pour le bac Pro
  • 91,3 % de réus­site pour le BEPA.
  • Enfin, le BTSA enre­gistre un peu plus de 81 % de réussite.
  • Le nombre d’ap­pren­tis a, lui, aug­men­té de 22 % entre 2019 et 2020, pas­sant de 37 425 à 45 717.

Le gouvernement satisfait 

Le ministre de l’A­gri­cul­ture, Julien Denor­man­die a féli­ci­té les nou­veaux diplô­més, évo­quant un thème cher au gou­ver­ne­ment : « Ensemble, vous êtes l’avenir de notre sou­ve­rai­ne­té ali­men­taire ! », et a rap­pe­lé que plus de 200 métiers dif­fé­rents devaient répondre à la demande de l’a­gri­cul­ture, de l’a­groa­li­men­taire, de la forêt et de l’a­mé­na­ge­ment paysager.

La crise de la Covid a contri­bué à accé­lé­rer une ten­dance déjà des­si­née depuis long­temps : le rap­pro­che­ment des Fran­çais avec la nature, la cam­pagne et les métiers du vivant. Ain­si, 37 % des élèves étaient issus du milieu agri­cole en 1990. Ils ne sont plus que 11 % en 2020 !

Enfin, le conte­nu des pro­grammes évo­lue lui aus­si : si l’a­gro-éco­lo­gie figure en bonne place, on retrouve peu ou pas de men­tion des bio­so­lu­tions ou du bio­con­trôle. Signe que la théo­rie occupe encore une belle place, mais qu’on a encore du mal, au pays de Des­cartes, à trans­for­mer les mots en action. Nous, on veut du concret !

Plus d’in­for­ma­tions sur les pro­grammes de l’en­sei­gne­ment agricole

 

[mise à jour du 26 octobre 2021] : L’In­see, dans son rap­port publié le 11 octobre sur le niveau de vie des agri­cul­teurs, confirme le haut de qua­li­fi­ca­tion des agri­cul­teurs par rap­port à l’en­semble des per­sonnes en emploi : « Les agri­cul­teurs sont en moyenne moins diplô­més que l’ensemble des per­sonnes en emploi. Cepen­dant, leur niveau de for­ma­tion s’est for­te­ment éle­vé, notam­ment depuis qu’il est néces­saire d’avoir un bac­ca­lau­réat pro­fes­sion­nel ou une équi­va­lence pour obte­nir des aides à l’installation. Lorsqu’ils ont moins de 40 ans, 80 % des agri­cul­teurs pos­sèdent un diplôme de niveau bac­ca­lau­réat ou plus, contre 72 % des per­sonnes en emploi. »

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont notés *

À ne pas manquer

Cultures dans un champ
L'analyse des sols. Agronomes féminines prenant des notes en extérieur
Les agriculteurs européens finiront-ils par se faire manger la laine sur le dos, comme ces moutons qui paissent à côté de Cologne, si les propositions des ministres allemands, visant à privilégier une « prime aux biens publics » plutôt que des droits à paiement de base, sont retenues ? © Adobe Stock