CHARGEMENT

Rechercher

Une centaine d’OGM autorisés en France, notamment dans l’alimentation

Pourquoi les OGM sont-ils autorisés en France alors que, biotechnologies végétales, ils ne peuvent pas être cultivés sur notre territoire ? ©

Partager

La mise en culture de semences com­por­tant des OGM est inter­dite en France. « Une cen­taine d’OGM » sont bien auto­ri­sés dans la consom­ma­tion, notam­ment pour « l’a­li­men­ta­tion humaine et ani­male », a indi­qué mar­di 5 jan­vier la DGCCRF.

 

Les auto­ri­sa­tions « qui concernent le maïs, le col­za, le coton, le soja et la bet­te­rave sucrière, per­mettent l’im­por­ta­tion de graines et leur com­mer­cia­li­sa­tion à des fins de trans­for­ma­tion, mais pas pour la mise en culture », pré­cise la Direc­tion géné­rale de la concur­rence, de la consom­ma­tion et de la répres­sion des fraudes dans un bilan de « la recherche d’OGM dans les semences des grandes cultures ».

 

En 2019, la DGCCRF a pro­cé­dé à des contrôles et ciblé des semences de col­za. Les lots contrô­lés se sont révé­lés conformes. Elle a aus­si rap­pe­lé qu’il n’y avait pas de culture d’OGM en France.

Pour­quoi les OGM sont-ils auto­ri­sés en France alors que, bio­tech­no­lo­gies végé­tales, ils ne peuvent pas être culti­vés sur notre territoire ?

 

Pour l’AFBV (Asso­cia­tion fran­çaise des bio­tech­no­lo­gies végé­tales), dans un contexte de forte demande ali­men­taire mon­diale et de varia­tions cli­ma­tiques, la recherche dans le domaine des bio­tech­no­lo­gies végé­tales contri­bue à déve­lop­per une agri­cul­ture plus pro­duc­tive, plus favo­rable à l’environnement et béné­fique à toute la socié­té. Tout comme le bio­con­trôle et les bio­so­lu­tions pour la par­tie liée à la pro­tec­tion et à la nutri­tion des plantes.

En France, la mise en culture de semences conte­nant des OGM est inter­dite. La com­mer­cia­li­sa­tion de semences conte­nant des OGM est pos­sible, mais sou­mise à des condi­tions strictes.

 

Une cen­taine d’OGM est auto­ri­sée en Europe ain­si qu‘en France, pour l’im­por­ta­tion et l’u­ti­li­sa­tion en ali­men­ta­tion humaine et ani­male. Ces auto­ri­sa­tions, qui concernent le maïs, le col­za, le coton, le soja et la bet­te­rave sucrière, per­mettent l’importation de graines et leur com­mer­cia­li­sa­tion à des fins de trans­for­ma­tion mais pas pour la mise en culture. Le carac­tère OGM de ces pro­duits doit être indi­qué et ils sont contrô­lés par la DGCCRF. Une seule excep­tion : le maïs MON810 est auto­ri­sé à la culture dans l’Union euro­péenne, mais pas en France, qui béné­fi­cie d’une excep­tion géographique.

La liste des pro­duits auto­ri­sés et les infor­ma­tions rela­tives aux auto­ri­sa­tions sont acces­sibles dans le registre de la Com­mis­sion euro­péenne.

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont notés *

À ne pas manquer

Toujours moins de GES émis en France par l'agriculture
Photo d'un camembert
Intérieur du Sénat