CHARGEMENT

Rechercher

Sur le glyphosate, Macron admet qu’il « n’a pas réussi »

Sur le glyphosate, Macron admet qu’il « n’a pas réussi » © Brut

Le ven­dre­di 4 décembre, Emma­nuel Macron a été inter­ro­gé par le média en ligne Brut sur le gly­pho­sate. Il a affir­mé « ne pas avoir chan­gé d’avis, être pour qu’on en sorte ». Il a admis « ne pas avoir réus­si ». À qui la faute selon lui ? À l’Eu­rope. Il a rap­pe­lé qu’en 2017, la France sou­hai­tait une sor­tie du gly­pho­sate à trois ans (soit 2020) alors que les autres pays euro­péens affi­chaient un objec­tif à cinq, voire dix ou quinze ans. « Cela montre une chose, quand on veut lut­ter contre les pes­ti­cides, c’est à l’é­chelle euro­péenne qu’il faut agir, on a eu le même pro­blème avec les néo­ni­co­ti­noïdes. »  Et donc, mon­sieur le pré­sident, vous avez fait deux fois la même erreur ? Bra­vo… Par ailleurs, qui a fixé arbi­trai­re­ment la sor­tie de la France à trois ans ? Com­ment les pro­fes­sion­nels de ter­rain avaient-ils été consul­tés ? S’ils ont été consul­tés mais que leur avis n’a pas été enten­du, à quoi bon ?

 

« On ne peut pas gagner la bataille tout seul si on n’a pas les autres Euro­péens […] Les autres [pays euro­péens] ne sont pas allés assez vite […]. L’Europe est un com­pro­mis per­ma­nent […]. » « Le volon­ta­risme fran­çais a déjà per­mis de faire ces cinq ans. On est déjà allés plus vite que d’autres ! »

 

Il a alors annon­cé de nou­veaux objec­tifs : « Ce qu’on va réus­sir à faire, nous Fran­çais, c’est que nous allons bais­ser de 50 % l’usage du gly­pho­sate d’ici 2022. » Pour y par­ve­nir, le pré­sident de la Répu­blique a évo­qué le plan de relance agri­cole ain­si qu’un nou­veau cré­dit d’impôt qui devrait per­mettre aux agri­cul­teurs d’investir dans une « tran­si­tion pour sor­tir du glyphosate ».

 

Les suites
Le minis­tère de l’A­gri­cul­ture a annon­cé, lun­di 7 décembre, l’a­dop­tion, par le Sénat, d’un amen­de­ment pour mettre en place un cré­dit d’im­pôt tem­po­raire de 2 500 euros à des­ti­na­tion des agri­cul­teurs qui renon­ce­ront, en 2021 et 2022, à désher­ber avec du gly­pho­sate (lien vers actu M2S2 : Gly­pho­sate : des finan­ce­ments sup­plé­men­taires pour accom­pa­gner les agri­cul­teurs). Ce cré­dit d’im­pôts, nous sommes d’ac­cord, va vrai­ment tout chan­ger pour les agri­cul­teurs (iro­nie) !

 

Ce que l’on sait
Aujourd’­hui, à la #Posi­ti­ve­Pro­duc­tion, on sait ce que disent les chiffres, voyez plutôt :

  • envi­ron 30 % des agri­cul­teurs n’utilisent déjà plus de glyphosate,
  • envi­ron 30 % vont s’en passer,
  • et envi­ron 30 % conti­nue­ront d’en uti­li­ser car ils en ont besoin (notam­ment en agri­cul­ture de conser­va­tion des sols).

Alors que pen­ser de cette vidéo ? Emma­nuel Macron insiste sur la gran­deur et la force de l’a­gri­cul­ture fran­çaise à plu­sieurs reprises, sur les dif­fi­cul­tés ren­con­trées par les agri­cul­teurs, qui tra­vaillent déjà beau­coup. On est en droit de se deman­der dans quelle mesure il sau­ra les protéger…

 

L’avis de Christophe Zugaj, directeur communication & affaires publiques chez De Sangosse

Com­ment ima­gines-tu l’a­ve­nir par rap­port au glyphosate ?
Dans l’a­ve­nir, on pour­ra peut-être se pas­ser com­plè­te­ment du gly­pho­sate. Pour l’heure, il n’existe pas de pro­duits pour le rem­pla­cer. En vigne et arbo­ri­cul­ture, la cou­ver­ture des sols per­met de gérer les cultures et d’é­vi­ter de désher­ber. En grandes cultures, en ce qui concerne le chien­dent et le lise­ron, on se trouve face à une vraie problématique.

 

Quelles solu­tions sera-t-il pos­sible d’adopter ?
Il y a des pro­blé­ma­tiques, c’est clair. Sans doute qu’il n’y aura pas d’autres solu­tions dans notre pays. On risque d’arriver, en 2023, à plus du tout d’autorisation du gly­pho­sate en France (pas de déro­ga­tions). On aura appris à s’en pas­ser, sous la pres­sion du gou­ver­ne­ment. Il reste à prou­ver qu’on peut faire sans, notam­ment en agri­cul­ture de conser­va­tion des sols. Il y a aujourd’­hui des tech­niques que l’on uti­lise comme les rota­tions de cultures, des semis sous cou­vert, de l’in­ter­cul­ture, des dates de semis déca­lées… Il n’y a pas de rem­pla­çant aujourd’­hui qui soit aus­si effi­cace et aus­si  éco­no­mique. Sera-t-il vrai­ment inter­dit définitivement ?

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont notés *

À ne pas manquer

Affiche de revendication de la Coordination Rurale pour la rémunération des agriculteurs
Affiche de revendication de la Coordination Rurale pour la rémunération des agriculteurs
Affiche "Issu de vaches nourries sans OGM"